La salsa, c’est quoi ?

Pour commencer, tentons de lever une petite ambigüité sur le terme salsa.

Celui-ci désigne deux choses différentes :
- la musique que les musiciens de la communauté nuyoricaine (c’est-à-dire portoricaine de New York) a créé à la toute fin des années 60,
- un vaste genre musical, dont la salsa nuyoricaine, telle que définit ci-dessus, fait partie (il serait peut-être plus juste, dans ce cas, de parler des salsas, au pluriel).

D’une part, donc, un style musical très précis, dont les lieu et date de naissance sont connus, d’autre part, une famille de différents styles d’époques différentes, dont les contours ne sont pas faciles à définir précisément, mais qui présentent des caractéristiques communes .

Ces caractéristiques communes, quelles sont-elles ?

Des ancêtres communs

Historiquement, tout vient de Cuba et des différents styles musicaux qui s’y sont joué depuis les XVIIIe – XIXe siècles : le danzon, la rumba et, surtout, le son, plus tardif (début XXe siècle).

Le rythme de la clave

Ce rythme particulier, asymétrique, mêlant, à l’aide de cinq petites notes de rien du tout, tension et relâchement rythmique, sert de colonne vertébrale à toute cette musique.

Il exerce une véritable dictature rythmique sur tous les instruments de l’orchestre, et sa présence dans toutes ces musiques donne à cet ensemble de styles une identité, une cohérence, bref, un petit air de famille indéniable.

On peut presque parler de la famille des musiques “en clave”.

Une orchestration caractéristique

On peut également relever la présence des mêmes instruments dans tous les styles de la famille (cf. Les instruments de la musique salsa pour plus de précision).

On y trouve trois percussions : les congas (issues de la rumba), le bongo (qui vient duson) et les timbales (héritées du danzon), ainsi que le piano et la basse. Sont également présents une section cuivre, ainsi qu’un chanteur et des choristes, dont l’importance est primordiale, comme nous allons le voir pas plus tard que là, maintenant, tout de suite.

Une structure musicale facilement identifiable

On pourrait parler de la façon dont un morceau de salsa se déroule, de son introduction jusqu’à sa conclusion, et mettre en évidence une façon traditionnelle d’organiser, de structurer la salsa.

Mais la plus évidente à identifier, et peut-être la plus caractéristique, la plus originale des parties d’un morceau de salsa est ce qu’on appelle le montuno : dans cette partie, les choristes chantent toujours le même choeur, de manière répétitive, et le chanteur leur répond.

Traditionnellement, dans cette partie, les “réponses” du chanteur (les soneos oupregones) sont improvisées : rythme, mélodie, texte (avec les rimes !) y sont inventées sur l’instant, pour raconter une anecdote, commenter la situation politique du moment ou séduire la spectatrice du premier rang !

Alors, la salsa ou les salsas ?

On peut donc regrouper toutes les musiques présentant ces mêmes éléments dans la famille des salsas, et lorsque quelqu’un vous dit qu’il danse la salsa, il ne fait pas forcément référence au style nuyoricain des années 70, mais à toute la petite famille.

Ce n’est bien entendu pas une utilisation impropre du terme, mais elle est peu précise, puisqu’elle fait référence à un ensemble de styles qui, certes, ont des ressemblances importantes, mais sont malgré tout parfois très différents les uns des autres.

Chacun de ces styles portant un nom, il est intéressant de les identifier chacun pour ce qu’ils sont (mambocha cha chatimbabolero, la liste est quasiment infinie).

On pourra réserver le terme salsa pour désigner ce qu’elle était à l’origine, la musique nuyoricaine des 70’s. Celle qu’on désigne également désormais par le terme de salsa dura, ou gorda, ou clasica, pour la différencier des styles apparus plus tardivement (comme la salsa romantica).

Avec Timingclass.com et nos différentes stages, nous nous sommes fixés l’objectif de vous donner les points de repères pour naviguer dans ce vaste univers.

Dates des prochains stages à Paris

Les stages de timing class peuvent être suivis :
- en session (chaque session comporte quatre stages de 3 heures)
- indépendamment les uns des autres

SAISON 2012-2013

DATES DES STAGES :

- samedi 20 octobre 2012  : le cycle,
ou comment compter la musique salsa, garder le rythme, danser sur le 1 ou sur le 2

- samedi 17 novembre 2012  : la clave,
ou connaître tous les secrets de la colonne vertébrale de la salsa

- samedi 24 novembre 2012  : les différents types de salsa et musiques assimilées,
ou comment reconnaître salsa cubaine, portoricaine, colombienne, le cha-cha-cha, le mambo, etc

- samedi 1er décembre 2012 : la structure des morceaux salsa
ou connaître les différentes parties d’un morceau, sentir les breaks, la fin d’un morceau, etc, savoir danser sur ces éléments

LIEU ET HORAIRES DES STAGES :

Horaires : de 14h à 17h

Lieu : Centre Daviel – 24 rue Daviel – 75013 Paris
- Métro : Glacière ou Corvisart (L6)
- Bus : Daviel (21), Vergniaud-Tolbiac (513), Vergniaud (62)

Inscription obligatoire (nombre de places limité), en cliquant sur ce lien.

Descriptif des différents stages

Les stages de timing class – Musique et Danse peuvent être suivis :
- en session pour une approche globale de la musique et de la danse salsa et des outils nécessaires à l’interprétation par la danse de la musique
- indépendamment les uns des autres

 

Le cycle rythmique :


ou comment compter la musique salsa, garder le tempo, danser sur un temps (qu’il s’agisse du 1 ou du 2)

- La pulsation/le tempo
- Le cycle rythmique : approche globale et définition
- Le début du cycle
- Les anomalies de cycle

 

La clave :

 

le rythme de la clave est la colonne vertébrale de tout morceau de salsa

- Approche globale (historique, etc)
- Le rythme
- Interaction avec les autres instruments

 

Les différents types de salsa et de musiques assimilées :


reconnaître les salsas “cubaine”, “portoricaine”, et colombienne, le cha-cha-cha, le bolero,le mambo, etc

- Salsa cubaine, portoricaine et colombienne
- Salsa et mambo
- Salsa, cha-cha-cha et boléro
- Salsa et “son”

 

Les structures des morceaux salsa :


en parallèle avec la structure d’une danse (déplacements, solos, passes, arrêts, fin, etc)

- Structure classique
- Son montuno
- Les fins
- Les breaks
- Les solos
- Incursions d’autres types de musique