Bienvenue sur timingclass.com…

De la rencontre de Luna (danseuse et professeur de salsa et danses afro-caribénnes) et de jsalsero (musicien salsa et Dj) sont nés les stages de Musique et Danse / Timing class salsa, ayant pour objectif de faire connaître aux danseurs tous les secrets de la musique salsa et de leur permettre de s’exprimer sur cette musique au travers de leur danse.

Ce site est la deuxième étape de leur collaboration. Son objectif est de vous permettre d’entrer plus avant dans la connaissance de la musique et de la danse qui vous fait vibrer…

Bonne lecture et à bientôt sur les pistes et dans les salles de concert !

Luna et jsalsero

 

Sites salsa

- www.salsafrance.com

Le plus gros site généraliste sur la salsa en France, auquel jsalsero et Luna contribuent régulièrement.

- www.calleluna.com

Le site de Luna, présentant ses différentes activités (cours et stages de salsa et autres danses afro-caribéennes, démonstrations, actualité salsa, etc).

- www.tutumpak.com

Le très joli site de l’association bordelaise Tutum Pak au sein de laquelle officie la talentueuse et dynamique Anne.

- cultursalsa.free.fr

Toutes les danses latino-américaines et afro-caribéennes à Montpellier.

 

Chorégraphies, Articles

Danseuse et professeur de danse, je crée aussi des chorégraphies et j’écris pour le site Salsafrance – le site salsa de référence en France – au sein de la rubrique Danse dont je suis la responsable.

Chorégraphies :
- chorégraphie en couple : “Mi Libertad” (Les Etoiles, soirée ENS, ESDLS 2006)
- chorégraphie de shines : “Tu Carinito” (la Java, Les Etoiles, Mondial de la Salsa 2005)

Articles sur Salsafrance :

- interview de professeurs et danseurs nationaux et internationaux.
Les plus récentes :

- critique de DVDS
Les plus récentes :

CV de Luna

Je suis actuellement danseuse et professeur de salsa (cubaine et “portoricaine”) et autres danses afro-caribéennes. Je suis par ailleurs directrice pédagogique de l’école Callesol, formatrice de formateur et chorégraphe de la compagnie Nuestro Tumbao.

J’ai suivie une formation artistique variée (théâtre, chant, danse), que je poursuis toujours, puisque, jamais, on ne cesse d’apprendre…

Danses pratiquées actuellement :
- danse classique
- tango argentin
- salsa cubaine et “portoricaine”, danses afro-cubaines

Expérience de danseuse :
- danseuse au sein de la compagnie Sals’Appeal (Festival de la Loco, Congrès de Cannes, El Sabor de la Salsa, etc)
- danseuse au sein de la Salsabor Dance Company (Trophées de l’APAJ – Palais des Congrès, Tournoi International de Danse Sportive – Maison-Laffite, Cabaret Sauvage, etc), qui a présenté en 2005 la première comédie musicale salsa en France.
- danseuse et chorégraphe de la compagnie Nuestro Tumbao

Expérience d’enseignante :
- formatrice de formateur au sein de l’école Callesol
- cours hebdomadaires et stages de salsa cubaine et portoricaine, danses cubaines, styling etc au sein de Callesol
- cours hebdomadaires et stages de salsa cubaine et portoricaine au sein de l’école Step Dance (Paris/Malakoff)
- cours en club salsa (Les Etoiles, le 33 Latino, l’Opus Latino, le Bizz’Art)
- stages spécifiques (technique de tour, cha-cha-cha, guidage et connexion, styling cubain et “portoricain)
- organisation de voyages salsa (Punta Cana en 2004, Boca Chica en 2005, Bayahibe en 2008 et 2012)
- cours de salsa en Congrès (El Sabor de la Salsa 2004-2005 ; Mondial de la Salsa de Paris 2004-2005)
- stages de salsa en province (Laval, etc)
- stages de Musique et Danse / Timing Class Salsa avec jsalsero à Paris et en province
- animation d’ateliers d’écriture

Actualité de jsalsero

Prochains concerts de La Contrabanda :
- 18 février : Caen

Prochaines soirées DJ :
- 20 janvier : El Sabor de la Salsa 2006 (Niort)
- 29 janvier : après-midi de l’école de musique Abanico (animation du karaoke salsa) (Mandunga)
- 4 février : soirée Step Dance (Malakoff)
- tous les jeudis du 16 mars au 15 juin : soirées de l’école de musique Abanico (La Java)
- 1er avril : soirée Step Dance (Malakoff)

Dernières publications :
- “Ernesto Puentes, Orlando Poleo (sélection concerts)” (rubrique Latin Malin, Latina’mag n° 58, décembre 2005)
- “Merci Alfredo (hommage à Alfredo Rodriguez)” (site SalsaFrance, décembre 2005)
- “La Charanga Habanera, Solside (sélection concerts)” (rubrique Latin Malin, Latina’mag n° 59, janvier 2006)
- “I Love Salsa Special Edition (critique du CD de N’Klabe)” (site SalsaFrance, janvier 2006)
- “Manolito y su Trabuco (sélection concerts)” (rubrique Latin Malin, Latina’mag n° 60, février 2006)

CV de jsalsero

Mes diverses activités dans la salsa passent par le chant, la percussion, le DJing, l’organisation d’événements, la rédaction de chroniques et l’enseignement.

En tant que chanteur et percussionniste :

Actuellement : chanteur de l’orchestre La Contrabanda.

Formation musicale :
- solfège au Conservatoire du 18e arrdt.,
- formation au sein des écoles Arpej et Abanico (chant, bongo, solfège rythmique),
- divers stages (percussions mineures, choeurs et pas de danse),
- cours particuliers à Paris (chant salsa, chant classique, percussions) et New York (percussions, avec George Delgado et Jose Madera).

Expérience musicale :
- avant d’aborder la salsa, création de l’orchestre Kraspet’ Circus (chanteur, auteur, compositeur) : répertoire de compositions originales de style “Rhythm’n’Blues Caraïbes” (soul, rock alternatif, rhythm’n’blues, salsa, samba, ska, etc.),
- participation aux orchestres Los Mojitos, Cuero Y Trompeta, Ocho Y Media, La Familia Domingo, La Descarga Francesa, La Maquina Bestial, etc. ainsi que nombreux boeufs (Mambomania, Azuquita) et remplacements,
- enregistrement des maquettes et démos pour les orchestres auxquels j’ai participé,
- concerts dans les lieux suivants : Les Etoiles, La Coupole, La Java, New Morning, La Flèche d’Or, Cnit La Défense, Moulin Rouge, Aquaboulevard, Stade de France, Gonzalez Y Gonzales (New York), La Havane, etc.

En tant que DJ, organisateur et animateur de soirées :
- DJ à La Java (notamment DJ résident des soirées de l’école Abanico), au Petit Robinson, à La Casa 128, etc.
- co-organisateur de “La Soirée Parfaite” (soirée gratuite avec 5 DJs, orchestre, boisson et repas offert à 400 personnes),
- animateur de karaoke salsa.

En tant que professeur d’écoute musicale pour danseurs :
- stages “Musique et Danse” avec Luna,
- conférences d’écoute musicale (analyse d’un morceau, histoire de la salsa, la clave).

En tant que rédacteur et chroniqueur concerts :
- responsable de la rubrique concerts du site SalsaFrance.com,
- auteur d’articles pour le site SalsaFrance.com (critiques de CDs, de méthodes d’instruments, chroniques des concerts, articles de fonds, analyses de morceau, interviews),
- chroniqueur mensuel pour le Radio Latina Magazine (actualité concerts).

 

Salsa “cubaine”, “portoricaine”, colombienne, quelques définitions.

A l’origine était la “rumba”, à l’origine était le “son”. Qu’importe le nom que porte la salsa en tant que danse (cubaine, “portoricaine”, etc), elle est née dans ce creuset, elle puise son expression dans ces formes plus anciennes. Aussi, si nous parlerons par la suite de leurs différences, n’oublions pas qu’elles ont aussi bien des points communs…

Le casino ou “salsa cubaine” :
- Déplacement de base : circulaire, le danseur fait tourner la danseuse autour de lui, et lui-même pivote autour d’elle.
- Quelques éléments caractéristiques : les jeux de bras, les passages sous le bras danseurs, les mouvements de « tembleque » (tremblements), la rueda (cercle composé de couples qui effectuent les mêmes passes à l’annonce de la « madre »)
- Le style cubain actuel : deux voies se développent à l’heure actuelle à Cuba en terme de style. Le retour aux sources, avec les apports de la rumba et du « son », et l’influence de la modernité, avec les apports du hip-hop.

Les salsas “portoricaines” :
Le pluriel est ici de rigueur, puisque l’on peut définir à l’heure actuelle trois grands types de salsa “portoricaine”. Notons par ailleurs que ce terme est très franco-français. Un terme générique utilisé plus largement pour désigner ces styles est “cross body style”, du nom du déplacement de base commun à toutes ces salsas :
Ces salsas ont en commun :
- Déplacement de base : il se fait sur une ligne de danse, dans un couloir. Cette ligne peut bien sûr changer d’orientation.
- Quelques éléments caractéristiques : les tours sur place en pivot, les solos appelés shines

La différence se fait essentiellement sur le temps sur lequel l’on démarre le pas de base, et le temps du break (le moment du changement de direction dans le pas de base) :
- Los Angeles Style (LA Style) : début du pas de base sur le 1, break sur le 1. Exemple de danseur représentatif de ce style : Johnny Vasquez (interviewé par Luna)
- New York Style : début du pas de base sur le 1, break sur le 2. Le danseur qui a théorisé ce style et qui en est la figure emblématique est Eddie Torres.
- Palladium : début du pas de base sur le 2, break sur le 2.
En droite ligne hérité du mambo new-yorkais des années cinquantes (celui du film Dirty Dancing), il est représenté par exemple par les infatigables Palladium Mambo Legends (interviewés par Luna).

La salsa colombienne :
Assez peu de passes, beaucoup de pas effectués “en miroir”, le temps 4 et le temps huit sont souvent “pointés”.

L’un des points communs de toutes ces salsas est la rythmique du pas de base : trois transferts de poids suivi d’un temps de pause (qui peut être “pointé”), et de nouveau trois transferts de poids et un temps de pause. On peut aussi décrire ce rythme comme étant “vite vite lent, vite vite lent”. Il faut un cycle entier de 8 temps pour faire un pas de base complet. Cela correspond au nombre de temps nécessaire pour avoir la plus petite cellule rythmique de la salsa : la clave.

Dates des prochains stages en province et région parisienne

PROCHAINS STAGES DE TIMING CLASS EN PROVINCE ET REGION PARISIENNE
- samedi 27 octobre 2012 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te à Nanterre
- samedi 9 février 2013 : stage de musicalité pour l’association Salsa Te à Nanterre
- samedi 01 juin 2013 : stage de musicalité pour l’association Salsa Te à Nanterre

STAGES PASSÉS

Stage à Blois :
- dimanche 5 avril 2009 : Timing class cycle et musicalité

Stages à Nanterre :

- samedi 29 octobre 2011 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te
- samedi 23 octobre 2010 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te
- samedi 16 janvier 2010 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te
- samedi 13 juin 2009 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te
- samedi 17 mai 2008 : Timing class cycle et musicalité , dans le cadre d’un stage proposé par l’association Salsa Te

Stage à la Pachanga (Paris) :
- lundi 12 octobre 2009 : à l’invitation d’Alex/Salserito, Timing class – le cycle à la Pachanga
- lundi 21 avril 2008 : à l’invitation d’Alex/Salserito, Timing class – le cycle à la Pachanga

Stages à Tours :
- dimanche 26 avril 2009 : Timing class – la clave, dans le cadre du 4e festivalSals’AlenTours

- samedi 19 avril 2008 : Timing class – le cycle, dans le cadre du 3e festivalSals’AlenTours

Stages à Palaiseau :
- samedi 9 janvier 2010 : Timing class – le cycle dans le cadre du 3e Festival Palaiseau Salsa
- samedi 5 janvier 2008 : Deux stages de Timing class proposés dans le cadre du 1er festival Salsafun de Palaiseau

Stage à Saint-Brieuc :
- samedi 13 octobre 2007 : Timing class dans le cadre d’un stage organisé par l’association Tempo Salsa. Informations sur le site de Tempo Latino

Stage à Saint-Brieuc :
- samedi 31 mars 2007 : Timing class – le cycle dans le cadre d’un stage organisé par l’association Tempo Salsa. Informations sur le site de Tempo Latino

Stage au Mans :
- dimanche 22 octobre 2006 : timing class en collaboration avec l’association La Salsita. Informations sur le site de La Salsita

Stages à Laval :

- dimanche 10 décembre 2006 : timing class – le cycle (compter la musique salsa) dans le cadre du 4e stage organisé avec l’association La Bougeotte de Laval.
- dimanche 28 mai 2006 : timing class – les différents types de salsa dans le cadre du 3e stage organisé avec l’association La Bougeotte de Laval.
- dimanche 12 février 2006 : timing class – le cycle (compter la musique salsa) dans le cadre du 2e stage organisé avec l’association La Bougeotte de Laval.
- dimanche 26 juin 2005 : timing class – le cycle (compter la musique salsa) dans le cadre du 1er stage organisé avec l’association La Bougeotte de Laval.

Stage à Combs-la-ville – Guateque Elegua :
- dimanche 15 octobre 2006 : timing class – le cycle dans le cadre du guateque organisé par Elegua à Combs-la-Ville.
- dimanche 18 mars 2006 : timing class – le cycle dans le cadre du guateque organisé par Elegua à Combs-la-Ville.

El Sabor de la Salsa – Congrès International de Salsa :

5e édition :
- samedi 21 janvier 2006 : timing class – le cycle (compter la musique salsa)
- dimanche 22 janvier 2006 : écoute musicale (l’histoire de la salsa en musique)
- dimanche 22 janvier 2006 : les breaks dans la musique salsa

4e édition :
- dimanche 23 janvier 2005 : structure des morceaux salsa

 

Tarifs des stages de timing class sur Paris

Listes des différents tarifs proposés pour les stages de Timing Class :

 

Types de tarif Tarif
Un stage (3 heures) Plein tarif 33 €
Tarif réduit
(mailing-liste, couple, étudiants, chômeur)
30 €
Adhérent Association Callesol 27 €
Session 
(4 stages de 3 heures)
Plein tarif 
(adhésion de 20 € à l’Association Callesol incluse)
112 € soit 28 € le stage
Adhérent Asssociation Callesol 92 € soit 23€ le stage

Les stages sont proposés dans le cadre des activités de l’Association Callesol, qui a pour vocation la promotion de la salsa sous toutes ses formes.

L’adhésion à l’association vous permet d’accéder aux autres activités de l’association à tarif adhérent, en particulier aux cours et stages de danse qu’elle propose tout au long de l’année, ainsi qu’aux stages de timing class – Musique et Danse proposés hors session.

Les instruments de la musique salsa

Les instruments de la salsa peuvent se répartir en deux sections :

- la section rythmique, qui comprend les percussions, le piano et la basse,
- la section cuivres, qui comprend les trompettes et les trombones, plus rarement des saxophones (qui ne font d’ailleurs pas partie de la famille des cuivres, mais des… bois !).

A) LA SECTION RYTHMIQUE :

1) Les percussions :

a) Les congas (également appelées tumbas ou tumbadoras) :

JPG - 13.8 ko
Congas
Maraca Y Otra Vision – La Villette – 07/08/05 – photo François

Leur origine est africaine. Elles consistent en fûts de bois de grande taille (ils arrivent au-dessus du bassin d’une personne assise), recouverts d’une peau animale ou synthétique. On les joue avec la main ouverte, par paires le plus souvent, parfois par trois, par cinq pour les plus virtuoses.

Congueros célèbres : Chano Pozo, Ray Barretto, Giovanni Hidalgo

 

 

 

b) Les timbales (également appelées paila ou paila criolla) :

JPG - 10.1 ko
Timbales
Mercadonegro – Parc floral – 10/07/05 – photo François

Leur origine est européenne. C’est une transformation des timbales d’orchestres symphoniques et des orchestres militaires. Elles consistent en deux fûts métalliques, posés sur un trépied, recouverts d’une peau plastique et se jouent avec des baguettes sur la peau ou sur le fût. Elles sont complétées par une cymbale, des cloches et fréquemment par un instrument en plastique dur qui permet de jouer la clave. Dans la timba, elle sont incluses dans le set du batteur.

Timbaleros célèbres : Tito Puente, Changuito

 

 

 

c) Le bongo et la cloche (également appelée campana ou cencerro) :

JPG - 14.2 ko
Bongo et cloche
Mercadonegro – Parc floral – 10/07/05 – photo François

 

Le bongo (au singulier) est d’origine cubaine. Il consiste en deux fûts de bois reliés entre eux, que le musicien assis tient entre les jambes et joue avec la main ouverte ou seulement quelques doigts. Il se complète de la campana, cloche à main qui se joue avec une petite batte épaisse, que le bongocero joue sur certains passages du morceau.

Bongoceros célèbres : Roberto Roena, Jose Mangual

 

 

 

d) Les percussions dites “mineures” (qui sont facultatives, et souvent jouées par les chanteurs ou les choristes) :

- la campana :

JPG - 7.8 ko
Cloche
Sierra Maestra – La Villette – 07/08/05 – photo François.

on a vu qu’elle fait partie du set du bongocero (voir ci-dessus),

- le guïro :

JPG - 8.9 ko
Guïro
Maraca Y Otra Vision – La Villette – 07/08/05 – photo François

une calebasse (une simple courge) séchée et vidée, sur laquelle on été pratiquée des rainures qu’on gratte avec une petite baguette ; il existe une imitation en plastique de cet instrument, plus solide,

- les maracas : deux petites calebasses ou poches de cuir cousues dans lesquelles on met des graines et auxquelles on rajoute un manche, qui se jouent en les secouant en rythme,

- la clave : composée de deux bâtons de bois très dur, qu’on entrechoque, et qui donnent le rythme de base de cette musique.

2) La basse  :

JPG - 11.3 ko
Basse
Mercadonegro – Parc floral – 10/07/05 – photo François

 

Qu’il s’agisse de la traditionnelle contrebasse acoustique en bois, de la fameuse contrebasse électrique dite “baby bass”, d’une basse électrique simple ou de tout instrument plus moderne, son rôle est le même : elle assure à la fois l’assise rythmique avec les percussions, et l’hamornie du morceau avec le piano.

Bassistes célèbres : Israel “Cachao” Lopez, Juan Formell, Bobby Valentin

 

 

 

3) Le piano  :

JPG - 10.5 ko
Piano
Mercadonegro – Parc floral – 10/07/05 – photo François

Piano acoustique, électrique ou tout type de clavier assurant un son équivalent, le piano assure un soutien rythmique et harmonique constant, qui pourrait suffire à lui seul à faire danser.

Pianistes célèbres : Eddie Palmieri, Papo Lucca, Ruben Gonzalez

 

 

 

B) LA SECTION CUIVRES :

La section cuivres assure en salsa un peu le même rôle que celle des big bands de jazz ou des cuivres dans la soul et le rhythm’n’blues. Un rôle mélodique important dans les parties instrumentales d’un morceau, des couleurs musicales réparties entre ses différents pupitres, et souvent quelques interventions solistes.

Les caractéristiques musicales des instruments à embouchures (trompettes et trombones) leurs permettent des sons plus explosifs et une infinité de possiblités de phrasés selon la position de la langue et des lèvres sur les embouchures.

 

 

1) Les trompettes :

JPG - 11.7 ko
Trompette
Sierra Maestra – La Villette – 07/08/05 – photo François

Dans une section cuivres, ce sont elles qui donnent le son aigü, métallique et brillant.

2) Les trombones :

JPG - 9.1 ko
Trombone
Jimmy Bosch – Parc floral – 10/07/05 – photo François

Leur registre est plus grave, leur son plus gras, et ils permettent des sons “glissés” grâce à leur coulisse.

3) Les saxophones :

Instruments à anches, ils ont un son plus doux qui s’adapte moins bien au style musical de la salsa. Très fréquent en latin jazz, où son rôle est proche de celui qu’il a dans le jazz, il est plus rare en salsa. On en trouve cependant dans les grosses sections de cuivres des orchestres de mambo. On ajoute parfois également un saxophone baryton (l’un des plus graves) pour compléter une section de trompettes et de trombones.

Voilà de quoi composer un bon orchestre de salsa, sans oublier les voix : chant lead et choristes !

Quelques chanteurs incontournables : Celia Cruz, Beny Moré, Ismael Rivera, Hector Lavoe